BLOG - Du BTS NRC au Bac+5, en alternance

Bonjour Maxime,

Peux-tu expliquer ton parcours de formation ?

Mon parcours de formation débute par un BTS Négociation & Relation Client. Je le complète par un Diplôme Européen d’Études Supérieures (DEES) en marketing qui est l’équivalent d’une licence. Ces trois années d’études en alternance m’ont permis de développer une vraie expérience professionnelle puisque j’ai successivement été assistant commercial et assistant chef de produit marketing pour le Groupe La Voix. Après la validation de mes deux diplômes, j’ai rapidement été embauché en CDI par Qualimétrie qui est un cabinet d’études marketing. Une année s’est  ensuite écoulée et j’ai finalement choisi de reprendre mes études avec Alésia Formation. J’ai alors commencé un Titre RNCP de niveau II de Manager d’Unité Opérationnelle qui équivaut à BAC+5. J’ai à cette occasion eu l’opportunité d’évoluer chez Qualimétrie et je suis devenu assistant chargé d’études marketing. La formation a pris fin en octobre 2018.
 
As-tu toujours été en contrat de professionnalisation ?

Oui, tous mes diplômes ont été obtenus dans le cadre d’un contrat de professionnalisation. Pourtant, après mon baccalauréat, j’avais fait le choix de m’orienter vers un parcours d’études classique. J’ai cependant rapidement développé l’envie de me réorienter vers un cursus en alternance qui correspondait davantage à mes ambitions et à mes souhaits d’apprentissage, avec notamment la volonté de développer mes connaissances à l’école et mes compétences en entreprise. Evidemment, l’idée d’être rémunéré et de gagner en indépendance était également une motivation.

Quelles difficultés/ bénéfices retiens-tu de ce parcours ?
Pour ma part, et avec le recul que j’ai aujourd’hui, je dirais qu’il y a bien plus de bénéfices que de difficultés. Cela dit, il me semble que la principale difficulté réside dans l’obtention d’un contrat de professionnalisation et dans la recherche d’une entreprise dans laquelle s’épanouir. Il existe un vrai marché de l’emploi en alternance, mais je conserve le sentiment qu’il y a plus de candidats qu’il n’y a de postes. Me concernant, j’estime avoir eu la chance de rencontrer le Groupe La Voix à l’occasion d’un speed meeting organisé par Alésia Formation. Sinon, une fois la formation et les cours lancés, je ne vois aucune difficulté majeure, simplement du travail et de l’assiduité…
En matière de bénéfices, c’est l’expérience professionnelle qui prime avant tout. Elle me semble être aussi précieuse qu’un diplôme. Bien sûr, les deux sont complémentaires, mais un diplôme accompagné d’une expérience professionnelle concrète a aujourd’hui plus de valeur qu’une formation équivalente réalisée exclusivement à l’école école ou à l’université, c'est une réalité.
Au-delà de l’expérience, les synergies développées entre l'école et l'entreprise me semblent être de réels bénéfices. Par-là j’entends qu’il est stimulant de mettre en pratique en entreprise ce que l’on apprend à l’école. L’inverse est aussi valable, les expériences vécues en entreprise nourrissent la réflexion du stagiaire et alimentent les cours en exemples et projections concrètes. Il est également possible de s’imprégner des expériences vécues et racontées par les autres élèves. Il m’est d'ailleurs arrivé à plusieurs reprises d’avoir dans mes différentes classes des stagiaires travaillant pour des entreprises clientes de celle avec laquelle j’étais en contrat, voire concurrentes. Les échanges deviennent alors vraiment intéressants et constructifs.
Il y aurait encore matière à dire, mais si je devais résumer, un parcours en alternance, c’est un accomplissement personnel et professionnel, avec à la clé une employabilité réelle lorsque l’on sort de la formation.

Quels conseils donnerais-tu à un nouveau stagiaire qui intègre une formation en alternance ?
Pour commencer, et là je m’adresse à celles et ceux qui aimeraient intégrer une formation en alternance, je dirais qu’il faut être déterminé et persévérant. Comme je vous le disais, la recherche d’une entreprise n’est pas aisée. Dans ces conditions, lorsque des opportunités se présentent, des choix importants peuvent rapidement s'imposer. Un candidat ne doit pas se montrer trop exigeant, mais il doit néanmoins être réaliste. Il n'est pas question d’aller vers des postes dans lesquels on pressent que l’on ne s’y épanouira pas. C’est essentiel, la réussite du stagiaire étant selon-moi grandement liée à son bien être en entreprise.
En revanche, une fois la formation intégrée et débutée, je ne conseillerais jamais assez que d’être assidu et acteur de sa propre réussite. Cela passe par de choses simples, mais pourtant évidentes : être ponctuel, volontaire, respectueux à l’égard des formateurs et des autres stagiaires, savoir surmonter les difficultés lorsqu’elles se présentent... D’une certaine manière, il faut garder à l’esprit qu’un stagiaire doit se considérer comme un professionnel à part entière et agir en tant que tel, et cela à tous les niveaux.
 
Pourquoi avoir choisi de rester à  Alésia tout au long de ton cursus de formation ?
Les raisons sont multiples. Cependant, je dirais que la relation de confiance qui s’est développée avec Alésia a été  décisive dans chacune de mes décisions. Les formateurs ont toujours été à mon écoute, les échanges pertinents et mes résultats vraiment positifs. J’ai également perçu une réelle cohérence dans les formations proposées et j’ai su construire mon parcours autour de cela. Pourtant, l’offre en matière de formation est pléthorique et les écoles ne manquent pas sur la métropole lilloise, mais je reconnais qu’Alésia apporte un vrai plus en termes d’ambiance et de proximité, c’est important.

Que fais-tu aujourd’hui ?
Je suis toujours en CDI chez Qualimétrie. C’est un cabinet d’études marketing qui accompagne les entreprises dans la gestion et la mesure de l’expérience client. A ce jour, je suis maintenu en tant qu’assistant chargé d’études. Nous verrons par la suite si les perspectives d’évolution auxquelles j’aspire se concrétisent. A priori, il y a aurait matière à faire. L’entreprise a 30 années d’existence et continue de grandir, notamment à l’international. Les opportunités ne devraient donc pas manquer.

Tu viens de terminer une formation en BAC+5 le 31/10. Quel est ton projet professionnel à venir ?
C’est une excellente question que je me pose d’ailleurs  très souvent, mon parcours de formation a été tellement riche en enseignements et en expériences ! Entre les métiers de la vente, ma spécialisation en marketing, et désormais la gestion d’une unité opérationnelle (entreprise, service ou équipe), j’en ressors polyvalent et sensible à un certain nombre de métiers qui tournent autour de ces trois grands domaines. Je suis également quelqu’un de curieux et qui s’intéresse à pas mal de choses, je saurai me plaire dans de nombreux secteurs d’activité, le principal étant d’exercer un métier et une fonction qui ont du sens !
Autrement, je dirais qu’à court ou moyen terme, il s’agira d’évoluer et de gagner en responsabilités. Un BAC+5 vous prépare généralement à avoir des responsabilités, en tout cas davantage que celles que j’ai déjà. Naturellement, j’aimerais avoir cette opportunité chez Qualimétrie qui m’a donné la possibilité de reprendre mes études. Autrement, cela se ferait ailleurs. Les opportunités ne manquent pas et je ne suis pas inquiet.

Un dernier mot peut-être ?
Oui, simplement remercier celles et ceux qui m’ont accompagné, Alésia Formation et ses formateurs, le Groupe la Voix et Qualimétrie. L’alternance est un vrai tremplin vers la vie professionnelle et si l’on s’en donne les moyens, la réussite est là.